MARCEL, LE « PLUS JEUNE RESISTANT » DE FRANCE MORT A 6 ANS, ENFIN HONORE !

13 nov

Marcel, le « plus jeune résistant » de France mort à 6 ans, enfin honoré !

marcel

Tué en 1944 à l’âge 6 ans, Marcel Pinte est mort atteint de plusieurs balles du tir accidentel d’un maquisard. Un hommage lui a été rendu à Aixe-sur-Vienne (Haute-Vienne), à l’occasion des commémorations du 11-Novembre.
« Marcel Pinte. Né le 12 avril 1938, mort pour la France le 19 août 1944 ». Un hommage au « plus jeune résistant » de France, le petit Marcel, dit « Quinquin », tué en 1944 à 6 ans, a été rendu ce mercredi à Aixe-sur-Vienne (Haute-Vienne) à l’occasion des cérémonies du 11-Novembre.
Le nom de Marcel Pinte, ajouté au monument aux morts du village proche de Limoges, a été dévoilé, sous une toile de parachute datant de 1944 ceinte d’un ruban bleu blanc rouge, lors d’une cérémonie devant une assistance réduite, pour cause de Covid-19.
« C’est un honneur »
« Les gens qui passeront devant ce monument aux morts seront interpellés par ce nom et surtout l’âge », a réagi Marc Pinte, un descendant de la famille. « C’est un honneur, un aboutissement, une satisfaction. Cela met en lumière les gens restés dans l’ombre qui se sont battus pour la liberté. ».
Le petit Marcel, dit Quinquin en raison des origines nordistes de sa famille, était le fils d’Eugène Pinte, alias « commandant Athos », figure de la résistance limousine.
Dans un foyer baignant dans la résistance, Marcel vivait au rythme de réunions clandestines à la ferme et parfois d’un parachutiste à cacher. L’enfant devint naturellement impliqué dans des missions à la mesure de son âge et de ses capacités.
« Il a surpris énormément de gens par son étonnante mémoire. Il portait des messages aux chefs de maquis en les cachant sous sa chemise, glanait des renseignements quand il partait en promenade ou à l’école, s’amusait avec une lampe électrique à faire du morse. C’était un garçon malin, intelligent à qui tout le monde faisait confiance, il comprenait tout du premier coup », raconte Marc Pinte.
Mort le 19 août 1944
Le 19 août 1944, Marcel est mort, atteint de plusieurs balles du tir accidentel du pistolet-mitrailleur d’un maquisard, lors d’un parachutage nocturne. Il a été enterré avec les honneurs le 21 août, quelques heures avant la libération de Limoges.
En 1950, Marcel s’était vu attribuer le grade de sergent au titre de la Résistance. Mais son histoire n’a réellement été connue que grâce au travail pendant plus de 10 ans d’Alexandre Brémaud, un autre descendant.
En 2013, il a obtenu pour Marcel à titre posthume la carte de combattant volontaire de la Résistance, et en 2018 la mention « Mort pour la France », par l’Office national des anciens combattants.
L’aboutissement de recherches
« L’inscription du nom est l’aboutissement des recherches. Mais je compte les poursuivre en élargissant. Il y a tant de souvenirs de résistants, d’histoires à raconter », a déclaré Alexandre Brémaud qui, depuis la médiatisation autour de Marcel, dit avoir reçu de nombreux témoignages de familles de résistants.
Le maire René Arnaud a dit espérer pour le 17 août, anniversaire de la bataille d’Aixe, en 1944, pouvoir honorer les résistants dont Marcel, « cette fois en présence d’enfants de la commune ».

Fraternellement

Charles FUMAZ

 

Pas encore de commentaire

Laisser une réponse

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus